L'Afrique représente près d'un quart du chiffre d'affaires de Bolloré en 2012

Publié le par Koukla Tabi

    Implantation-de-Bollore-en-Afrique-copie-1.PNGLe chiffre d'affaires* de la branche Bolloré Africa Logistics s'est élevé à 2,5 milliards d'euros en 2012 , soit une hausse de 18% par rapport à 2011  - ou de 16% si on considère que le périmètre de l'entreprise n'a pas changé et que les taux de change sont constants.

Ces résultats représentent plus de 24% du chiffre d'affaires total du groupe qui s'élève à 10,2 milliards d'euros en 2012.

Bolloré qui possède une quinzaine de concessions portuaires en Afrique explique les bons résultats de cette branche par

-  la forte reprise des activités en Côte d’Ivoire, qui avaient été pénalisées pendant plusieurs mois en 2011 par l'arrêt du port et du chemin de fer.

- le dynamisme des terminaux portuaires, notamment ceux de Tin Can-Lagos au Nigeria, Congo Terminal à Pointe Noire, MPS au Ghana et Douala au Cameroun ;

- l’apport du démarrage des nouveaux terminaux comme Freetown au Sierra Leone et Conakry en Guinée ;

- la croissance de la logistique des projets miniers en Afrique de l’Est (Kenya, Ouganda, Tanzanie) et australe (Afrique du Sud, Mozambique, République démocratique du Congo).

 

Pour l'ensemble du groupe, une fois retranché du chiffres d'affaires, les charges d'exploitations, les investissements, les provisions pour les dépenses futures et les impôts, il restait à l'entreprise française qui emploie 55. 500 personnes dans le monde , un résultat net* *de 669 millions d'euros  soit le double du résultat de 2011. Bien que les impôts versés par Bolloré ont augmenté de 111 à 179 millions d'euros entre 2011 et 2012, ils ne représentent cependant qu' 1,75% de son chiffre d'affaires.

 

En plus des activités de transport et logistique, Bolloré est présent dans la distribution d'énergie,  les batteries, la communication et les médias.

 

En Afrique, Bolloré détient aussi  de manière marginale, des plantations d'hévéas et de palmier à huile dont les résultats sont en baisse en 2012, en raison de la chute des cours de l’huile de palme et du caoutchouc  ainsi que du ralentissement de la demande.

- Au Cameroun, les 8.800 hectares d’hévéas et de palmiers à huile de Safa Cameroun ont engendré un chiffre d'affaires en baisse de 27 % à 19,3 millions d'euros. Le résultat net s’établit à 8,3 millions d'euros contre 9,9 millions d'euros en 2011.

Les 33.900 hectares de palmiers de Socapalm et l'unité de raffinage de Ferme Suisse ont engendré un résultat net de 6 millions d'euros contre 13 millions d'euros en 2011, en raison d’un retard de production d’huile de palme.

- Au Nigeria, le résultat du Groupe Socfin avec 16.400 hectares de palmiers et d’hévéas, s'élève à 17 millions d'euros contre 18,3 millions d'euros en 2011, avec une production et des rendements très satisfaisants, selon Bolloré.

 

La carte interactive de l'implantation de Bolloré en Afrique, c'est ICI.

Le communiqué de presse des résultats 2012, c'est par LA.

 

* Le chiffre d'affaires représente le montant total de ce qui a été vendu sur une période donnée, ici 2012.

** Il s'agit plus précisément du résultat net part du groupe, c'est à dire du bénéfice issu des activités principales du groupe (de la maison mère) et non du résultat de ses filiales. Le chiffres d'affaires total s'élève à 804 millions d'euros.

Publié dans Economie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article