Mes premiers jours à Dakar

Publié le par Koukla Tabi

P1040490 

 

  • J'ai dit au chauffeur de taxi que j'allais à Mermoz, et il m'a laissé à 15 minutes à pieds du lycée Jean Mermoz, Mermoz et Jean Mermoz ce n'est pas pareil !
  • Je suis allée à un concert en plein air à l'Institut français de Dakar, le son était de très bonne qualité, il y avait du vent et pas trop de moustiques.
  • Le contenu de ma bouteille de shampoing "le petit Marseillais" achetée à Casino a l'air d'avoir été modifié par ajout de glycérine ou quelque chose comme ça - direction la poubelle.
  • Deux adorables grenouilles d'environ 2 centimètres ont élu domicile sur le pas de ma porte, ici c'est l'hivernage entendez saison très chaude et pluvieuse, j'ai l'impression que depuis que je suis arrivée, elles ont grossi...
  • Tous les matins, je retrouve le couvercle de ma poubelle par terre dans ma cour, le chat du quartier a trouvé une bonne adresse. Non, en réalité, après vérification, il s'agit d'un gros rat...
  • La carte mémoire de ma machine à laver à griller à cause des coupures de courant, il est pourtant impossible aujourd'hui de trouver une machine mécanique, tout est électronique.
  • Nous avons fait le tour des boutiques qui vendent des meubles en bois pour trouver un bureau : il n'y en a pas. Un menuisier va passer demain à la maison pour en faire un sur mesure. Par boutique, j'entends des hommes qui ont installé des meubles en plein air, le long d'un canal qui ne sent pas la rose, sur près d'un kilomètre.
  • Je pensais être écolo, mais quand la clim ne marche plus dans ma chambre la nuit, je suis proche de l'hystérie.
  • Le bus scolaire qui emmène mon aîné à l'école a reçu plusieurs chocs sur la carrosserie, la peinture n'est pas vraiment régulière, bien entendu il n'y a pas de clim, faut pas rêver, pas de ceintures non plus, les fenêtres sont grandes ouvertes, mais le jeune homme qui fait monter et descendre les élèves est très pointilleux sur la sécurité. Des femmes vendent aux enfants au départ des cars des mangues vertes en sachet saupoudrées de piment sec.
  • Le gardien de la maison est venu m'apporter une peinture en "cadeau", il m'a fait tout un discours sur le fait que cette peinture était trop belle et pas assez en sécurité pour la pauvre chambre où il habitait mais qu'elle serait très bien chez nous, et que si je voulais bien le dédommager de la perte de cette oeuvre d'art inestimable, il m'en serait très reconnaissant.
  • Je viens de comprendre que la pub à la télé a été "africanisée". Depuis que je suis arrivée, je vois beaucoup de pub ( sur TF1, Canal Plus, LCI etc...) avec des Africains, et je me suis fait la réflexion que la télévision française s'était enfin mise à la diversité. Hier j'ai enfin compris en voyant une mention "built for Africa" pour des produits Samsung, que la pub était régionalisée.
  • J'habite à 4 minutes à pied de la meilleure boulangerie de Dakar, ils préparent un Kouign Aman à tomber par terre. Les petits mendiants qui t'attendent à la sortie sont un dur rappel à la réalité.
  • J'ai trouvé des filets d'anchois entiers conservés dans du sel comme le préparait ma grand-mère, un délice !
  • A chaque fois que je vais au marché et que je demande trois oignons, on me répond - trois kilos ? - Non trois oignons...
  • J'ai trouvé un fromage de chèvre fabriqué localement absolument délicieux.
  • Il va falloir que je dise à la femme de ménage de moins frotter sur le linge, car les fibres de mes habits bon marché ne vont pas résister longtemps.
  • Les trottoirs de Dakar ne sont définitivement pas adaptés à mes chaussures à talon, à moins que cela ne soit l'inverse...
  • Traverser un carrefour relève du grand art, entre les cars rapides (des mini bus qui servent de transport en commun où de jeunes hommes sont agrippés à la portière à l'extérieur et où il y a des paquets sur le toit...), les charrettes tirées par un cheval, les 4/4, les taxis et les piétons, hum...
  • A l'arrière des cars rapides il y a parfois écrit " bonne chance", à bon entendeur.
  • J'ai "testé" un médecin en face de la maison, c'est une femme qui a l'air très bien et j'étais très contente de moi de ne pas avoir fait des kilomètres pour trouver celui qui m'avait été conseillé avec comme seule indication "route principale à gauche, à côté du café de Rome, 3ème porte au dessus du fleuriste".

 

 

Publié dans Vie quotidienne

Commenter cet article